Note : 4.5 sur 5.

Dix personnes invitées sur l’île du Soldat par un mystérieux hôte, une comptine aux paroles glaçantes, des meurtres qui s’enchaînent au sein des convives. Que font-ils ici ? Et qui les a entraîné dans ce jeu malsain et mortel ?

Dans le coin fenêtre d’un compartiment fumeurs de première classe, le juge Wargrave, retraité depuis peu, tirait sur son cigare en parcourant avec intérêt les pages politiques du Times.

Je remercie NetGalley et Audiolib pour cette lecture. Amatrice de romans policiers et de thrillers, je me suis rarement dirigée vers l’œuvre extrêmement fournie d’Agatha Christie. Pourtant, certains de ses romans sont des classiques du genre, notamment Le Crime de l’Orient-Express, Mort sur le Nil ou encore Les Dix Petits Nègres renommé Ils étaient dix. Si vous êtes, comme moi, intimidés par les grands noms de la littérature policière, n’ayez plus de doutes : Ils étaient dix est un roman mené d’une main de maître.

Racheté par un milliardaire, l’Île du soldat va devenir le théâtre de la vengeance. Invités par un certain Mr O’Nyme, dix personnes très différentes vont se retrouver ensemble sur l’île sans moyen direct de rebrousser chemin. Un ancien général, un médecin, un juge, une institutrice, un ancien officier de police, une retraitée aisée, un militaire, un dandy et un couple de domestiques : un groupe bien hétéroclite qui se rencontre pour la première fois. Pourquoi les a-t-on invités ici ? Quel lien les relie tous à Mr O’Nyme que personne ne semble connaître ? Le mystère est entier.

Agatha Christie nous dépeint ses personnages, en commençant par leur profession qui, pour la plupart, les amène à se mettre en avant. Tous très différents, ils sont pourtant déboussolés autant les uns que les autres par cette étrange réunion en retrait de la civilisation. Ils sont les seuls à habiter l’île et, ils vont vite se rendre compte qu’ils sont dans l’impossibilité de la quitter lorsque les chose sérieuses commencent. Tous soupçonnés d’un délit, ils comprennent que cette invitation n’était qu’un piège pour s’amuser avec eux dans un jeu mortel dont ils sont les potentiels victimes.

Une île, ça avait quelque chose de magique ; le mot seul frappait l’imagination. On perdait contact avec son univers quotidien – une île, c’était un monde en soi. Un monde dont on risquait parfois – qui sait ? – de ne jamais revenir.

Alors que les premiers morts s’abattent dans la maison, le reste du groupe comprend qu’il doit tout faire pour essayer de survivre et pour découvrir l’identité du coupable. Car ils sont sûrs d’une chose : le meurtrier est l’un d’eux. Dès ce moment, l’histoire prend un nouveau tournant, la peur n’est plus seule maîtresse des émotions des personnages. Elle est rejointe par le doute, la colère, la folie. Chacun se suspecte de ces événements effroyables qui semblent liés à une étrange comptine populaire disposée dans chacune des chambres. Le meurtrier suivrait-il tout un scénario macabre ?

On se prend vite au jeu, à tenter de découvrir en même temps que nos personnages celui ou celle qui serait capable d’un tel stratagème. Le mobile rapidement découvert, c’est la traque et la manière de réagir des personnages qui vont se révéler les plus intéressants. Les temps morts dans lesquels les personnages ont le temps de s’interroger sur leurs camarades sont d’autant plus savoureux que personne ne prend plus de pincettes et que tous osent clamer ce qu’ils pensent être la vérité. Les morts s’enchaînent, la liste se réduit, et on reste toujours dans l’expectative. Qui ? Mais, qui est le tueur ?

Ce huis-clos est brillamment mené avec des personnages que l’on ne cesse de soupçonner même si on a rapidement une affection pour quelques uns. Agatha Christie offre un roman fluide qui sait peser entre les moments de révélation et les moments plus calmes pour ne pas que le lecteur ait le temps de s’ennuyer. Avec Audiolib, le narrateur Féodor Atkine nous plonge avec facilité dans toute cette aventure intrigante et glaçante qui nous laisse, jusqu’à la révélation finale, dans l’expectative.

– On devrait élucider le mystère avant de mettre les voiles. On se croirait dans un roman policier… C’est palpitant !
Je suis arrivé à un âge, grinça le juge, où on n’a plus guère envie de « palpiter », comme vous dites.
La vie de magistrat, ça vous racornit un bonhomme ! railla Anthony avec un grand sourire. Moi, je suis pour le crime ! À la sienne !

Un huis clos brillamment exécuté dont on ressent totalement l’héritage sur les polars et thrillers d’aujourd’hui. D’une comptine enfantine morbide, Agatha Christie construit un plan macabre dans lequel les dix personnages ont peu de chance de comprendre ce qui leur arrive et de survivre.

Sortie Audiolib : mars 2021
Sortie originale : novembre 1939
7h02 / 284 pages

De la même autrice

La Mort n’est pas une fin (1944)

14 commentaires sur « Ils étaient dix, Agatha Christie »

  1. J’ai plus l’habitude de regarder les adaptations que de lire des romans policiers.
    Ces dernières années je n’ai lu que le roman d’Agatha Christie qui se passe en Egypte et je l’avais trouvé moyen mais tu me donnes envie de lui redonner sa chance 😄

    Aimé par 1 personne

        1. Je l’ai dans ma pal, j’avais essayé de le commencer mais je me rappelle que le début ne m’avait pas paru très engageant…
          C’est sûr que si tu connais déjà l’histoire, ça donne pas envie de lire le livre, surtout pour ce genre dans lequel le suspense est important.

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s